Les candidatures sont encore ouvertes : postulez pour nos formations sur notre plateforme de candidature
Candidater
Contact

Zonzibulle Production vous présente Mad Line

6 juillet 2021

C’est en troisième année du Bachelor en communication et création numérique que s’est formé le Studio Zonzibulle. Humbeline Creps, Aimie Martin, Elisa Sibert, Hugo Berger et Hugo Madrid se sont réunis cette année pour écrire, tourner et réaliser le pilote d’une mini-série.

 

Zonzibulle ? Leur demanderez-vous. Il y a derrière ce mot impossible à placer dans une partie de Scrabble un désir d’envol et d’onirisme. Un désir de rêver et de faire rêver, à travers un projet audiovisuel certes, mais aussi un travail de recherche esthétique, artistique, sémiologique voire philosophique. Cette série, Mad Line, est une véritable ode à la liberté et à l’imaginaire, dans laquelle Madeline, une artiste française se trouve contrainte de rester enfermée dans une étrange maison en Europe de l’Est après une résidence artistique compromise. Lassée, elle va tenter de retrouver sa liberté avec l’aide de son flamboyant ami Siméon. Ce sera sans compter sur une réalité tâchée de secrets, d’incertitudes et de manipulations.

 À l’origine de cette curieuse association se trouve une envie de création, une envie d’écriture, une envie de production, une envie de tournages qui libèrent la créativité. C’est grâce à une production entièrement bénévole et volontaire, couplée d’une campagne de financement participatif, qui leur a permis de lever plus de 3000€ pour défrayer acteurs, techniciens et locations en tous genres. Un pilote de trente minutes, mené et réalisé aussi grâce à une stratégie de partenariats. Les œuvres colorées de Madeline sont celles de Lou Ricome, une jeune artiste lyonnaise talentueuse, dont l’univers féminin et surréaliste correspond parfaitement au personnage. Elle a généreusement accepté de prêter ses toiles pour le décor du tournage. (Retrouvez son travail ici : https://louuricome.wixsite.com/artsite ou ici : Instagram : @lr.ccm). Emmaüs Lyon leur a également apporté son aide en fournissant décors et costumes, en échange de prestations audiovisuelles (https://emmaus-lyon.org/). Enfin, l’association du Barkipass qui gère le Manoir de Sainte Catherine (dans les Monts du Lyonnais) a accueilli le tournage et son équipe le temps d’une semaine, courte mais intense. (https://lebarkipass.fr/). Tous ces partenariats ont servi les intérêts du projet mais ils leur ont aussi apporté de solides compétences en gestion de projet et en communication auprès de parties prenantes. C’est une belle réussite que d’être parvenus à rassembler des acteurs et techniciens professionnels et ressources organisationnelles lorsqu’aucun d’eux n’avait été impliqué dans un projet cinématographique aussi ambitieux auparavant.

Dans le podcast suivant, le studio présente en détail ses choix concernant la direction artistique de l’épisode, ses références, ses recherches et ses intentions concernant l’univers visuel de l’épisode, les décors et les costumes. Car Mad Line c’est une intrigue, mais c’est aussi une rencontre entre les époques, les couleurs, les influences.Le studio prévoit dans un premier temps de faire projeter le pilote dans des cinémas indépendants lyonnais, puis il envisage de l’inscrire dans différents festivals de séries mais aussi de courts-métrages, en France comme à l’étranger. Leur rêve le plus fou serait de pouvoir vendre le scénario et le concept à une producteur qui donnerait vie à la suite des aventures de Madeline et Siméon. Nous n’avons pas fini d’entendre parler du Studio Zonzibulle !

Dans la même catégorie