30 ans après, la “marche des beurs” vue par le Curé des Minguettes

Les étudiants des bachelors européen management et développement, et de communication et création numérique ont pu échanger avec Christian Delorme, surnommé le Curé des Minguettes, prêtre à l’origine de la célèbre marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 rentrée dans l’histoire sous le nom de “marche des beurs“. Cette évènement organisé par MADE iN Sainte Marie Lyon a eu lieu à l’occasion des “Cartes Blanches”, des rencontres mensuelles avec des personnalités.

La marche des beurs, mouvement pour légalité et contre le racisme

Rentrée dans l’histoire comme la “marche des beurs”, ce mouvement est né en 1983 suite à de violents affrontements opposant jeunes et policiers dans le quartier des Minguettes à Vénissieux, une zone d’éducation prioritaire de la banlieue lyonnaise. Il a donné lieu à une marche antiraciste partie du quartier de la Cayolle à Marseille dans le but de rejoindre Paris et porter des revendications de respect et d’égalité de droits pour les personnes issues de l’immigration. 

S’inspirant des moyens d’actions pacifiques de Martin Luther King ou Gandhi, la marche des beurs portaient à l’origine deux principales revendications : la délivrance de cartes de séjours de 10 ans pour les immigrés étrangers et la reconnaissance du droit de vote des étrangers installés en France. Plus largement, le mouvement s’attaquait au racisme et revendiquait une meilleur reconnaissance de la place dans la société des Français issus de l’immigration. Il dénonçait également l’impunité des auteurs de crimes racistes et les nombreuses violences policières dont faisaient l’objet les ressortissant d’origine magrébine.

Christian Delorme, prêtre lyonnais impliqué dans le dialogue inter-religieux et particulièrement avec les musulmans fut à l’origine de ce mouvement pour l’égalité et contre le racisme aux cotés du pasteur Jean Costil, engagé à la Cimade.

Christian Delorme, un parcours de conviction

Après avoir visionné le film La Marche (2013), réalisé par Nabil Ben Yadir, les élèves de Communication et Création Numérique firent une courte présentation de son parcours et des raisons qui l’ont poussé à prendre part au combat contre le racisme, puis Christian Delorme a évoqué ses convictions.

Pour lui, la paix entre les religions est le bien le plus précieux mais aussi le plus fragile, d’où sa foi en la non violence. Il choisit donc de transmettre son vécu, ses convictions par le témoignage, et ce en effectuant des conférences, des rencontres multiples, afin de maintenir le plus de contact possible entre les religions.

Enfin, il décrit la coexistence pacifique comme indispensable à notre société actuelle.

Lukas Manuguerra, étudiante en Bachelor Communication et Création Numérique.

Publication: mai 19, 2015

D'autres actualités