Henri de Rohan-Chabot à MADE iN Sainte Marie, ou la tâche d’un homme qui s’accomplit.

              En cette seconde partie de matinée, ce vendredi  22 novembre, MADE iN Sainte Marie reçoit Henri de Rohan-Chabot, délégué général de la Fondation France Répit qu’il a lui-même créée.

            Avec sa voix grave, son visage apaisé , M. de Rohan-Chabot suscite naturellement  l’attention de son public.  Pas  de fausse émotion, pas de bla-bla inutile ni de démagogie. Cela commence par une rapide présentation  de l’homme puis l’essentiel apparaît vite :

Un fait :   Un constat :   Un souhait :
le décès de sa fille Jeanne il y a trois ans.   le système des « maisons de répit », qui existe au Canada ou encore en Allemagne est inexistant en France.   établir des maisons de répit en Rhône-Alpes puis à l’échelle de la France. Ni plus, ni moins. Vaste mission.

                    Il faut signaler que M.de Rohan-Chabot a déjà une solide expérience professionnelle. Il a   créé une agence de communication institutionnelle dans les années 90, revendue ensuite au groupe lyonnais GL Events dans lequel il  a travaillé et a continué à gérer son entreprise pendant quelques années. Mais le décès de sa fille et le choc émotionnel qui lui est lié l’amène  à une réflexion profonde qui touche tous les aspects de la vie. Sa réflexion est aussi nourrie par des études à l’Université Catholique de théologie, notamment à travers  l’approfondissement de la connaissance de la doctrine sociale de l’Église .

                    Parallèlement, il fait des découvertes marquantes. Ainsi ,il découvre  qu’au Canada, les proches de personnes malades, dont la maladie est potentiellement mortelle, ont le droit à 30 jours par an de « répit », c’est-à-dire de repos pour eux-mêmes .

                  M. de Rohan-Chabot a le souhait de développer ce système en France, où plus de quatre millions de personnes connaissent cette situation qui altère leur vie sociale . La Fondation France Répit, qui peut compter sur de nombreux partenaires – parmi lesquels Gérard Collomb, maire de Lyon, Thierry de la Tour d’Artaise le PDG de Seb, ou encore le professeur Régis Aubry- entend remédier à ce problème. Cette solution éviterait un engorgement des hôpitaux, qui n’ont pas vocation à accueillir ce type de malades, et permettrait à la Sécurité Sociale de faire des économies (300€ par jour en maison de répit par malade contre 1500€ par jour dans un hôpital).

Une magnifique propriété et un beau projet de bâtiments qui gomment le monde hospitalier pour celui des vacances, tel sera le lieu dans lequel les familles pourront venir se reposer. C’est un projet de solidarité, qui s’appuie sur de nombreux bénévoles et entreprises mécènes.  

                    Un projet bien au-delà d’un simple travail. Il s’agit plutôt d’un service,d’ une mission pour un homme qui s’accomplit dans ce qu’il fait. Un défi pour plus d’humanité  en somme. Bel exemple pour les étudiants : MADE iN Sainte Marie n’a-t-il pas pour vocation de donner du sens à l’action et de relever les défis de demain ?

Publication: novembre 20, 2013

D'autres actualités