Découvrez KissKissBankBank avec Adrien Biot

KissKissBankBank, leader du financement participatif en Europe  

               Sorti de l’institut d’école politique de Grenoble en 2013, Adrien Biot est un jeune actif de 28 ans aujourd’hui Représentant de KissKissBankBank & Co pour le territoire Auvergne – Rhône-Alpes.

               Au début de sa carrière il fût chargé de recrutement puis, assistant de la secrétaire générale des Nuits de Fourvière. Il occupe ensuite le poste de chargé de mission pour le Festival Lumière. Adrien Biot intègre en 2015 KissKissBankBank dans le but d’ouvrir une antenne pour la région Auvergne – Rhône-Alpes à Lyon.

               KissKissBankBank est une affaire familiale. En effet, l’idée est lancée par 3 personnes, Adrien Aumont, sa cousine et le mari de cette dernière. En 2007 ces 3 personnes se réunissent autour d’une même idée, aider les musiciens indépendants à récolter des fonds pour se produire. L’idée murie deux ans. Puis en 2009 KissKissBankBank est créée. L’idée est de proposer un système de don en échange d’une compensation non budgétaire. L’équipe croit à la générosité mais ne croit pas au philanthropisme.

               Voyant que le système fonctionne pour la musique (300 000€ collectés la première année), KissKissBankBank décide alors de s’ouvrir, et aujourd’hui ce sont 19 domaines d’activités qui peuvent être financés grâce aux dons faits sur le site. Aujourd’hui KissKissBankBank c’est 7 ans d’ancienneté ; 50 salariés ; 22 000 projets lancés sur le site, 15 000 projets financés, soit un taux de 67% de réussite ; et 21 millions d’euros collectés cette année.

               Cela permet à l’entreprise de se positionner comme leader du financement participatif en Europe. Une journée sur le site de KissKissBankBank peut se résumer ainsi : 140 projets créés, 75 soumis aux équipes de l’entreprise, 50 projets mis en ligne et 35 campagnes de financement réussies.

               Le crowdfunding, qu’est-ce que c’est ? Le crowdfunding ou le socio-financement amène un grand nombre de personnes à participer financièrement à un projet. Cette pratique se fait essentiellement gràce à internet et connait son essor par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Ce système est cependant loin d’être nouveau. Il y a plus d’un siècle maintenant, le financement participatif montrait déjà son efficacité. Le socle de la statue de la liberté fût financé de cette façon.

 

Edgar Le Guillou, étudiant de 3ème année du Bachelor Européen Management et Développement

 

 

Publication: novembre 10, 2016

D'autres actualités